Grâce à dom Lenoir, nous savons qu’il y avait maison close à Avranches sous le règne de François I

Publié le par les-cahiers-dom-le-noir

76316482.jpgLa Chambre des comptes connaît aussi des affaires de proxénétisme par sergents interposés. La mère maquerelle s’appelle Michèle Belliard, mais tout le monde l’appelle La Belliarde ! Sa maison et taverne n’est pas inconnue des autorités ; elle se trouve apparemment place du marché. Probablement ferme-t-on les yeux tant que les transactions sexuelles sont… discrètes. Mais en l’espèce, ce ne fut pas le cas et on ne badine pas avec le détournement de mineures.

Le lieutenant d’Avranches pour faire rétribuer ses sergents et les personnels d’escorte chargés de transférer tout ce petit monde à Rouen devait avoir le feu vert des gens des comptes, d’où ce mandement du 2 août 1516.

Mandement d’Amaury Le Routier, lieutenant à Avranches, enjoignant au vicomte de payer 54 £ 9 s à Richard LE SAULT et Thomas AUMONT sergents du Roi, gens à cheval et à leurs aides gens de pied pour avoir transféré de la prison d’Avranches à la conciergerie de Rouen Michelle LA BELLIARDE accusée d’avoir puis naguères vendu ou este cause de faire prendre en plein marché aud lieu d’Avranches par un nommé Louis de MARCILLION dit de La Regnauldière, de la garnison ou morte paye de la place de Tombellayne, une jeune demoiselle fille de + Jacques LA VIELLE, et icelle par lui menée à force et contre sa vollenté en une maison et taverne étant près led marché à intention d’en faire à son plaisir.

Publié dans Découvertes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article